Conférences et Conférenciers

 

« Saint Mary : Apôtre du Cantal et protecteur de Mauriac »

Conférence proposée par Pierre Moulier, Professeur de Philosophie, spécialiste du Patrimoine de la Haute Auvergne
Samedi 14 juillet à 15h30

P MoulierPierre Moulier enseigne la philosophie à Saint-Flour. Après avoir étudié la pensée et l’histoire médiévales à l’université Lyon III et à la faculté catholique de Lyon, il se consacre depuis 1998 à l’histoire de l’Auvergne. Il dirige la revue « Patrimoine en Haute-Auvergne » qu’il a fondée en 2004. Auteur de nombreux articles et d’une quinzaine d’ouvrages historiques sur le département du Cantal, il explore de façon systématique son patrimoine matériel et immatériel

À une époque difficile à préciser, un homme, nommé Marius, vint apporter le christianisme en Haute-Auvergne. Les montagnes et leurs habitants adoptèrent le voyageur, qu’on appela localement Mary. Pour l’honorer, on donna son nom à diverses localités ainsi qu’au plus beau sommet du département, le Puy Mary. Si la vallée de l’Alagnon fut la région dans laquelle saint Mary opéra son apostolat, le vol des reliques par une certaine Ermengarde, vers l’an 1050, va faire de saint Mary le patron et protecteur de la ville de Mauriac et générer un nouveau culte très important. D’ailleurs, la vie de saint Mary est connue grâce à un manuscrit du XIIe ou XIIIe siècle provenant du monastère de Mauriac. Que sait-on au juste sur cet apôtre ? Durant des siècles la légende prit le pas sur l’histoire, et saint Mary devint une sorte de mythe obscur, insaisissable. Dans cette conférence, Pierre Moulier présentera tour à tour la biographie du saint à partir du manuscrit mauriacois, l’histoire précise de son culte – tant dans le domaine de la liturgie que des traditions populaires –, son iconographie et ses légendes. Au bout de ce parcours, l’histoire et la légende sont enfin distinguées, et saint Mary retrouve une part de sa réalité.

 

 « Trizac (1668-1789) : une paroisse de Haute Auvergne vue à travers les registres paroissiaux » »

Conférence proposée par Denys Breysse, Généalogiste et Etudiant en Histoire
Dimanche 15 juillet à 14h15

JP SerreDenys Breysse est né en 1958, il est marié et a deux grands enfants. Agrégé de génie civil, et professeur à l’Université de Bordeaux, où il enseigne les risques et la mécanique des sols. Denys Bresse est généalogiste amateur depuis une dizaine d’années, il travaille principalement sur le Cantal, la Lorraine, le Gard, l’Ardèche, la Lozère et la Drôme.

Les registres paroissiaux de la paroisse de Trizac couvrent la fin du XVIIème siècle et tout le XVIIIème siècle sans aucune lacune, avec souvent deux exemplaires pour chaque période. Au total, ils contiennent plus de 11 000 actes qui témoignent de la vitalité d’une paroisse d’environ un millier d’habitants.
Nous verrons tout d’abord ce que révèle une analyse immédiate des données en termes de comportement de la population de cette paroisse éloignée des grandes voies de circulation : mouvement saisonnier des baptêmes, endogamie géographique pour les unions, âges au mariage ou au décès...
Les mentions des registres sont parfois plus anecdotiques. Nous l’illustrerons au travers de quelques exemples particuliers.
Enfin, l’exploitation des registres peut servir de base à des études plus approfondies, qui peuvent intéresser le généalogiste comme l’historien : mobilité géographique ou sociale, migrations, alliances familiales… Nous évoquerons les pistes de travaux à venir, qui pourraient concerner d’autres paroisses et, peut-être, faire l’objet de projets collectifs au sein d’Aprogemere.

 

  « Au temps du refroidissement climatique....De la petite ère glaciaire en fin de règne de Louis XIV à l'année sans été de 1816. »

Conférence proposée par Jean-Pierre Serre, Docteur en Histoire, Spécialiste des campagnes cantaliennes
Dimanche 15 juillet à 15h30

JP SerreNatif de la région parisienne dans une famille d’émigrés cantaliens / limousins, Jean-Pierre Serre a fait ses études supérieures à Paris X Nanterre puis à exercé le métier de professeur dans le Pas-de-Calais. A partir des années 1990, en parallèle de son travail il entreprend des recherches sur le département du Cantal qui conduisent à la soutenance d’une thèse au printemps 2001 sur « Les campagnes cantaliennes du Consulat à la Seconde République ». Cette thèse sera publiée en 2016 par La Société La Haute Auvergne.

Jean Pierre Serre a publié de très nombreux articles sur la vie politique, la conscription et les aspects divers de la criminalité et délinquance en Auvergne. Avec Christian Estève, il publie, en 2008 « Les grandes affaires criminelles du Cantal »  puis « Les nouvelles grandes affaires criminelles du Cantal » chez de Borée en 2008 et 2012. En 2016, chez le même éditeur « 100 ans de faits divers dans le Cantal ».

A une époque où, jour après jour, scientifiques et météorologues nous content les méfaits présents et surtout à venir du réchauffement climatique, évoquons les époques bien rudes où nos ancêtres auraient bien aimé vivre une telle élévation des températures. Sans revenir aux antiques glaciations qui ont modelé les belles vallées rayonnantes depuis le Puy-Mary, nous allons parler des temps difficiles de la « petite ère glaciaire » du règne de Louis XIV ou de « l’année sans été » de 1816 consécutive à l’éruption volcanique indonésienne du Tambora.

 

Conférences et Conférenciers (2016)

 

« Croyances, légendes et traditions populaires du Cantal »

Conférence proposée par Pierre Moulier, Professeur de Philosophie, spécialiste du Patrimoine de la Haute Auvergne
Samedi 16 juillet à 15h30

P MoulierPierre Moulier est professeur de philosophie au lycée de la Haute-Auvergne à Saint-Flour. Depuis une vingtaine d’années, il a publié plus de quinze d’ouvrages qui recensent, décrivent et permettent de comprendre le patrimoine cantalien dans sa diversité. En 2004, il crée la revue Patrimoine en Haute-Auvergne, dans laquelle il a publié de nombreux articles et ouvre ses colonnes à tous les auteurs qui partagent sa passion pour l’histoire et le patrimoine de la Haute-Auvergne. Après les églises romanes, les croix de chemins, le patrimoine rural, ses recherches l’ont amené à s’interroger sur l’ethnologie de ce pays de montagne, trop longtemps négligée et trop souvent remplacée par une vision simpliste et réductrice du quotidien de nos ancêtres. Croyances, légendes et traditions populaires du Cantal s’attache à lever enfin le voile sur la réalité de la vie passée des paysans cantaliens, loin des généralités habituelles et des poncifs sur le « bon vieux temps ».

Comment vivaient les Cantaliens d’autrefois ? Comment se représentaient-ils le monde et leur environnement direct ? Tour à tour sont explorés les « rites de passage » liés aux étapes de la vie, de la naissance à la mort, les fêtes cycliques attachées aux saisons, la vie religieuse populaire, ses croyances et ses coutumes parfois étranges, la médecine magico-religieuse des temps sans médicaments, les légendes naissant du paysage et de ses mystères, celles du drac facétieux, de la terrifiante chasse volante, des fées et du diable, les légendes liées à l’histoire et qui cherchent à donner un sens aux événements, le culte expressif et coloré des saints, enfin tout ce qui structurait la vie et la pensée des habitants du Cantal dans les siècles qui nous ont précédés. L’auteur a puisé à toutes les sources disponibles : ouvrages anciens et archives inédites, mais il a également mené l’enquête directement auprès de la population.

 

 « Un apprentissage politique : les municipales dans le canton de Laroquebrou sous la Seconde République (1848-1852)  »

Conférence proposée par Jean-Pierre Serre, Docteur en Histoire, Spécialiste des campagnes cantaliennes
Dimanche 17 juillet à 14h15

JP SerreNatif de la région parisienne dans une famille d’émigrés cantaliens / limousins, Jean-Pierre Serre a fait ses études supérieures à Paris X Nanterre puis à exercé le métier de professeur dans le Pas-de-Calais. A partir des années 1990, en parallèle de son travail il entreprend des recherches sur le département du Cantal qui conduisent à la soutenance d’une thèse au printemps 2001 sur « Les campagnes cantaliennes du Consulat à la Seconde République ». Cette thèse sera publiée en 2016 par La Société La Haute Auvergne.

Jean Pierre Serre a publié de très nombreux articles sur la vie politique, la conscription et les aspects divers de la criminalité et délinquance en Auvergne. Avec Christian Estève, il publie, en 2008 « Les grandes affaires criminelles du Cantal »  puis « Les nouvelles grandes affaires criminelles du Cantal » chez de Borée en 2008 et 2012. En 2016, chez le même éditeur « 100 ans de faits divers dans le Cantal ».

 

 « Noms de lieux, noms de familles, variations de l'orthographe dans le temps et selon les paroisses»

Conférence proposée par Monique de La Rocque, Paléographie et Latin Médiéval
Dimanche 17 juillet à 15h30

Monique de la Rocque de Sévérac, née Vassas à Paris le 21/02/1952. Elle fait toute sa scolarité à Paris et prépare l’école vétérinaire au lycée St Louis et intègre l’Ecole Nationale de Maisons Alfort.
Juin 1974 à avril 1978, elle est salariée dans des cliniques vétérinaires en région parisienne tout en préparant une thèse de doctorat vétérinaire sur « l’origine de la ferrure à clous des chevaux », thèse soutenue en avril 1979 et publiée dans la revue de la Société Française d’Archéologie.
Avril 1978 à avril 2013 , Monique de La Rocque exerce la profession de vétérinaire libérale à La Roquebrou dans le Cantal.
A partir d’octobre 2011 élève assidue des cours de paléographie et de latin d’Edouard Bouyé directeur des Archives Départementales du Cantal, dans le cadre des « Ateliers de l’Historien », et elle a repris modestement l’animation des ateliers de latin médiéval après son départ. Adhérente à l’association APROGEMERE depuis 2012, elle assure l’animation des cours de paléographie depuis 2013.
De 1993 à ce jour, recherches sur les familles de La Rocque et de Sévérac. De 2007 à 2015 recherches sur l’histoire du château de Messac- propriété de la famille de La Rocque depuis 1949- qui ont abouti à la publication d’un fascicule.
Retraitée depuis 2013, Monique de La Rocque a été élue première adjointe à la mairie de La Roquebrou en mars 2014.

 

Liens

icon-55-liens

Organismes institutionnels

    • Office du tourisme du Cantal - site
    • Office du tourisme Châtaigneraie Cantalienne - site
    • Conseil général du Cantal - site
    • Archives départementales - site

Sponsors

    • Conseil général du Cantal - site
    • Ville de Mauriac - site

Où se loger

icon-55-hotelCes adresses sont données pour information, en aucun cas Aprogemere engage sa responsabilité sur la qualité et l'exaustivité des prestations offertes.

 

Hotels

  Chambre d'Hôtes - Gites

Le Saint-Mary
27 rue Saint-Mary
15200 Mauriac
Tel : 04 71 68 00 798
Mme Brigitte LAROCHE RONGIER
 

 

Au quatre Cheminées
Route de Salers
15700 - Ally
Tel : 04 71 68 73 52
Portable : 06 88 21 01 00
www.aux4cheminees.fr

 

Les Deux Gares
5 avenue Augustin Chauvet
15200 Mauriac
Tel : 04 71 68 01 78
Mme Geneviève CABANES
 

 


                   
 
   

L'Ecu de France
6 avenue Charles Périé
15200 Mauriac
Tel : 04 71 68 00 75
Portable : 06 71 30 46 49
www.ecudefrance-mauriac.com/
 

 

 

 

AUV Hotel
4 rue du 11 novembre
15200 Mauriac
Tel : 04 71 68 19 10
Mme Michèle ESCARBASSIERE
www.auv-hotel.com
 

 

 

 

Au relais de Poste
Le Bourg
15700 Ally
Tel : 04 71 69 03 44
 

 

 

 






 

 



 

   

 

   

Mentions Légales

icon-55-legal

Edition / Publication du Site

Aprogemere
Siège social :
12 rue Arsène Vermenouze
15000 Aurillac - France
Association loi 1901
No W151000538

Responsable Editorial
Le conseil d’Administration représenté par
Claude Cheymol, président

Réalisation du Site
Marcel Yves Croute pour Aprogemere
Template (modèle) : Beez_20 adapté par MyC
Logiciel CMS Joomla ! 2.5.17 (licence GNU/GPL)
Entête du site basée sur la photo A.S.C Vassallo (août 2006) license GNU

Hébergement du Site

OVH
2 rue Kellermann
59100 Roubaix - France.

Respect de la vie privée et des données personnelles : 
Les informations que vous nous transmettez via nos formulaires nous permettent de mieux vous connaître. Ces informations sont destinées exclusivement à l’association, elles ne seront ni vendues ni transmises à des tiers.
Conformément à la loi Informatique et Libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel modifiée par la loi n°2004-801 du 6 août 2004, vous disposez d'un droit d'accès aux données qui vous concernent.
Le droit d'accès et de rectification prévu à l'article 34 et suivants de la loi précitée s'exerce par courrier au siège social de l’association.

Propriété intellectuelle :
Le site Internet, sa structure générale, ainsi que les textes, images animées ou non, savoir-faire, dessins, graphismes (...) et tout autre élément composant le site, sont la propriété d’Aprogemere.
Toute représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans l’autorisation expresse de l’exploitant du site Internet est interdite et constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Toute reproduction totale ou partielle des marques ou des logos, effectuée à partir des éléments du site sans l’autorisation expresse de l’exploitant du site Internet ou de son ayant-droit est donc prohibée, au sens de l’article L713-2 du CPI.
L’association Aprogemere ou ses ayant-droits sont titulaires exclusifs de l’intégralité des droits de propriété intellectuelle sur les contenus du site www.aprogemere.fr.
Cependant, les informations présentes sur le site peuvent être téléchargées, reproduites, imprimées sous réserve de : 

  • n’utiliser de telles informations qu’à des fins personnelles et en aucune manière à des fins commerciales;
  • ne pas modifier de telles informations;
  • reproduire sur toutes copies la mention des droits d’auteur ("le copyright").

Toute autre utilisation doit faire l’objet d’un droit d’auteur et sa reproduction ou sa diffusion, sans autorisation expresse écrite de la part d’Aprogemere constitue une contrefaçon passible de sanctions pénales.

Limites de responsabilité :
Les informations diffusées sur le site www.aprogemere.fr proviennent de sources réputées fiables ou du travail bénévole des adhérents de l’association. Toutefois, Aprogemere ne peut garantir l’exactitude ou la pertinence de ces données. En conséquence, l’usage des informations et contenus disponibles sur l’ensemble du site, ne saurait en aucun cas engager la responsabilité d’Aprogemere, à quelque titre que ce soit. L’internaute s’engage à ne transmettre sur ce site aucune information pouvant entraîner une responsabilité civile ou pénale et s’engage à ce titre à ne pas divulguer via ce site des informations illégales, contraires à l’ordre public, ou diffamatoires.
L’internaute s’engage, d’une manière générale, à respecter l’ensemble de la réglementation en vigueur en France.
Les messages que l’internaute ferait parvenir à Aprogemere par l’intermédiaire d’Internet, peuvent être interceptés sur le réseau. Jusqu’à ce qu’ils parviennent à leur destinataire, leur confidentialité ne peut être garantie.

Liens externes :
Aprogemere propose dans son site des liens hypertextes dirigeant vers des sites Internet édités ou gérés par des tiers. Dans la mesure où aucun contrôle n’est exercé sur ces ressources externes, l’internaute reconnaît que Aprogemere n’assume aucune responsabilité relative à la mise à disposition de ces ressources, et ne peut être tenu responsable quant à leur contenu.

Cookies :
L’utilisateur est informé que lors de ses visites sur le site, un cookie peut s’installer automatiquement sur son logiciel de navigation. Un cookie est un élément qui ne permet pas d’identifier l’utilisateur mais sert à enregistrer des informations relatives à la navigation de celui-ci sur le site Internet. L’utilisateur pourra désactiver ce cookie par l’intermédiaire des paramètres figurant au sein de son logiciel de navigation.

Statistiques
Les sous-domaines constituant les bases de données font l'objet d'un suivi statistique des visiteurs en utilisant Google Analytics, un service d'analyse de site internet fourni par Google Inc. (« Google »). Google Analytics utilise des cookies , qui sont des fichiers texte placés sur votre ordinateur, pour aider le site internet à analyser l'utilisation du site par ses utilisateurs. Les données générées par les cookies concernant votre utilisation du site (y compris votre adresse IP) seront transmises et stockées par Google sur des serveurs situés aux Etats-Unis. Google utilisera cette information dans le but d'évaluer votre utilisation du site, de compiler des rapports sur l'activité du site à destination de son éditeur et de fournir d'autres services relatifs à l'activité du site et à l'utilisation d'Internet. Google est susceptible de communiquer ces données à des tiers en cas d'obligation légale ou lorsque ces tiers traitent ces données pour le compte de Google, y compris notamment l'éditeur de ce site. Google ne recoupera pas votre adresse IP avec toute autre donnée détenue par Google. Vous pouvez désactiver l'utilisation de cookies en sélectionnant les paramètres appropriés de votre navigateur. Cependant, une telle désactivation pourrait empêcher l'utilisation de certaines fonctionnalités de ce site. En utilisant ce site internet, vous consentez expressément au traitement de vos données nominatives par Google dans les conditions et pour les finalités décrites ci-dessus.

Crédits photographiques :
Les photographies utilisées dans ce site font l'objet de droits réservés. Elles ne peuvent pas être utilisées ou dupliquées sans l'autorisation écrite d’Aprogemere. 

Avis relatif à la sécurité : 
Afin d'assurer sa sécurité et de garantir son accès à tous, ce site Internet emploie des logiciels pour contrôler les flux sur le site, pour identifier les tentatives non autorisées de connexion ou de changement de l'information, ou toute autre initiative pouvant causer d'autres dommages. Les tentatives non autorisées de chargement d'information, d'altération des informations, visant à causer un dommage et d'une manière générale toute atteinte à la disponibilité et l'intégrité de ce site sont strictement interdites et seront sanctionnées par le code pénal. Ainsi l'article 323-1 du code pénal prévoit que le fait d'accéder ou de se maintenir frauduleusement, dans tout ou partie d'un système de traitement automatisé de données (site Internet), est puni de deux ans d'emprisonnement et de  30 000 Euros d'amende. L'article 323-3 du même code prévoit que le fait d'introduire frauduleusement des données dans un système de traitement automatisé ou de supprimer ou de modifier frauduleusement les données qu'il contient est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 Euros d'amende.

​